Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 18:38

 

 

                Intervention du Dr Ivan BOUCHER (Belgique)

 

La réaction de Jarisch-Herxheimer

 

Lorsqu’un patient séronégatif pour la maladie de Lyme mais atteint de Sclérose en plaques vient le consulter, le Dr Boucher lui propose d’essayer une antibiothérapie. Au bout d’un mois, le patient se sent plus en forme. Le neurologue qui le suivait à l’époque n’était pas d’accord avec l’antibiothérapie proposée et s’était fort énervé contre le Dr Boucher.

 

Lors d’un prochain rendez-vous ce patient vient le voir avec une adresse d’un laboratoire en Alsace pour refaire le test de la maladie de Lyme, son test revient positif. Le diagnostic de la maladie de Lyme chez ce patient a été par la suite confirmé par le Professeur Perronne (Département de maladies infectieuses, hôpital Raymond Poincaré, Garches). Après confirmation du diagnostic, le neurologue du patient a écrit une lettre au Dr Boucher pour s’excuser.

 

La réaction de Jarisch-Herxheimer est une réaction provoquée par les toxines de la bactérie lorsqu’elle meurt.

Elle provoque une réaction inflammatoire de l’organisme. La guérison n’apparaît pas systématiquement. Cette réaction apparaît lorsque certains traitements médicaux sont utilisés tels que l’antibiothérapie ciblant des bactéries spirochètes responsables par exemple de la syphilis ou de la maladie de Lyme ou encore de la fièvre récurrente à poux.

 

La physiopathologie se caractérise par la libération de toxines lors de la lyse bactérienne. Ce qui a pour conséquence une aggravation des symptômes, car l’organisme n’a pas le temps d’éliminer les toxines par le foie, la vésicule, etc.

 

La réaction de Herxheimer concerne tous les organes :

 

Þ    Cardio vasculaire

Þ    Orl

Þ    Neurologique central

Þ    Neurologique périphérique

Þ    Système musculo-squelettique

Þ    Système digestif

Þ    Atteintes cutanées et/ou muqueuses

 

Symptômes principaux : énorme fatigue puis douleurs articulaires, symptômes neurologiques, crise de rage, hallucinations, odeurs bizarres, douleurs abdominales intenses.

Durée en moyenne de la réaction : survient entre le  J2 et J10 lors de la première cure, moins présente pendant la deuxième cure (de deux à cinq jours) puis de moins en moins longue et moins forte.

 

La borréliose et la babésiose sont des infections fortement associées aux réactions de « Herx ». Mais d’autres infections telles que la leptospirose, la fièvre Q, la bartonellose, la brucellose, les fièvres thyroïdes et para typhoïdes ou paratyphoïde, les trichinoses et la syphilis sont aussi associés.

 

La charge bactérienne dans l’organisme définit l’intensité de la réaction de « Herx ».

 

Il faut savoir que dans les intestins nous avons des mycoses. Une candidose floride peut également donner une symptomatologie comparable à celle de la réaction de « Herx », d’où la nécessité d’une protection par fluconazole.

 

Il faut encourager le patient à persévérer avec son traitement en cas de « Herx », les symptômes pouvant lui faire penser à une rechute ou à une aggravation de la maladie.

 

En cas de borréliose chronique, cette réaction peut avoir lieu toutes les trois semaines à chaque temps de doublement du spirochète. Souvent le patient connait déjà cette fréquence de rechute pour l’avoir expérimentée depuis quelques années avant le traitement.

 

La plupart de temps le patient se prétend « allergique » à un antibiotique donné, il a effectivement présenté une réaction étiquetée comme telle par son médecin. Il faut poser les questions qui différencient un « Herx » d’une intolérance ou bien d’une allergie. Une allergie ou une intolérance aux médicaments sont immédiats et augmentent au fur et à mesure du traitement. Le « Herx » commence après quelques jours et finit par se calmer. Il n’y a jamais d’effet type allergie (œdème de Quincke, rash…)

 

Dans les cas de « Herx », les symptômes habituels de la maladie s’aggravent, la fatigue, les nausées, les douleurs articulaires ou musculaires, et d’autres s’ajoutent éventuellement.

 

Il faut donc prévenir les patients : avertir et lui expliquer, en cas de réaction insoutenable, diminuer la dose, si la réaction reste trop violente, arrêter le traitement quelques jours puis reprendre à demi-dose pour l’augmenter par la suite.

 

Les Antidouleurs et les anxiolytiques doivent être utilisés si besoin. 

Utilisation des méthodes alternatives si besoin : acupuncture, yoga, méditation, huiles essentielles, etc…

 

Il est rassurant pour le patient (et le médecin également) de voir le « Herx » disparaître alors qu’il est encore sous traitement antibiotique et d’aller mieux la dernière semaine de cure. Ce n’est donc pas une intolérance médicamenteuse ni une surcharge hépatique due aux antibiotiques.

Changer de traitement antibiotique tous les mois, tous les deux mois.

 

Flagyl, Rocéphine, lymécycline, Fasigyne:

 

Le « Herx » sous flagyl apparaît souvent pendant le troisième jour et met cinq jours à disparaître, avec souvent une amélioration secondaire.

 

En cas de « Herx » récidivant et si les rechutes sont régulières et précoces, moins de dix jours après l’arrêt de l’antibiothérapie, ou si les troubles intestinaux sont persistants, le flagyl exerce son action surtout sur les formes dormantes de borrélia et chlamydia.

 

S’il y a une amélioration sous flagyl, il y a aussi une action sur des co-infections probables telles que les anaérobies intestinaux, clostridium, pseudomonas, et certains parasitoses ou protozoaires intestinaux.

 

La rocéphine détruit les formes actives de la borrélia mais pas les autres formes. Pas d’action sur les biofilms

Le Dr Boucher propose un traitement initial en utilisant de la lymécycline.

 

Au bout de six mois de traitement on peut parfois attirer un microbe qui s’appelle clostridium difficile (qui provoque des diarrhées parfois assez violentes, surtout chez les enfants). Il faut donc arrêter le flagyl dans ce cas et prendre un draineur puis reprendre graduellement le mois suivant et arrêter quand le Herx se déclare.

Habituellement, les patients supportent de mieux en mieux le flagyl jusqu’à pouvoir faire une cure de sept jours.

20 % de ses patients persistent à faire des « Herx » sous flagyl car ils ont une charge bactérienne trop importante.

 

Le flagyl peut être remplacé par  fasygine (Tinidazole) souvent mieux supporté ou bien continuer sous flagyl mais en diminuant les doses en prenant un draineur.

10 à 20% des patients font une intolérance au flagyl, qui apparaît dès les premiers jours du traitement avec des nausées, dyspepsie, etc. Dans ce cas la fasygine peut être une option à demi-dose, mais souvent ils développent aussi une intolérance à cette dernière.

 

Il est conseillé de soigner les deux conjoints dans un couple car tout comme la syphilis, la maladie de Lyme peut être sexuellement transmissible.

 

Prévention du « Herx »

 

Il faut d’abord commencer le traitement par une monothérapie et augmenter l’intensité par association ou augmentation tous les quatre à huit semaines, le traitement doit être long donc autant éviter d’aller trop vite et trop fort car sinon les « Herx » seront insupportables.

Il faut drainer en utilisant des hépato protecteurs (Chardon Marie, desmodium, artichaut…)

Utilisation de ergy epur, triflucan et combantrin pour nettoyer les effets indésirables qui activent l’immunité.

Ajouter des :

Þ    Probiotiques

Þ    Chlorophylle

Þ    Charbon actif

Þ    L-glutamine

Þ    Hydrocortisone Roussel 10mg 1 matin et midi

Þ    Aspirine.

 

Faire une activité physique et des bains chauds, sauna, hammam, etc…

 

Le « Herx » qui n’en finit pas :

 

Si la réaction dure plus de 15 jours soit il ne s’agit pas d’un « Herx » (intolérance, mauvaise indication,  effet nocébo, etc.) soit les fonctions hépatiques et intestinales sont très perturbées (pathologies anciennes de plus de trente ans avec des patients qui ne supportent plus aucun traitement même homéopathique) 

 

Conclusion :

Le « Herx » fait partie du traitement de la maladie de Lyme et sa présence doit être interprétée comme une étape dans le processus de guérison.

Le patient doit être prévenu afin de mieux supporter les inconvénients.

 

Intervention du Dr Viviane SCHALLER

 

Sérodiagnostic de la borréliose de Lyme :

Complexité des techniques de diagnostique

 

Dans les glaciers en Autriche, un homme qui vivait il y a 5300 ans appelé Ötzi était atteint de borréliose. L’étude de son ADN a permis de voir le génome d’une borrélia.

Cette infection très ancienne a été mise à jour il y a seulement trente ans.

 

La borréliose commence en Europe, et se prolonge en Amérique. Vers la fin des années 70, le Dr Philippe Bottero étudie l’incidence des rickettsies provenant des piqûres de tiques dans les pathologies humaines.

 

En 1977 dans le comté de Lyme, dans le Connecticut, on fait le rapprochement avec les piqûres de tiques et une épidémie de polyarthrite chez des enfants dans cette région.

 

C’est seulement 1982 que le Dr Burgdorfer met en évidence la borrélia, ses spirochètes et il trouve sa présence dans le sang de ces enfants.

 

En 1983, le New Journal of Medecine publiera un article sur une nouvelle maladie, la maladie de Lyme.

 

 

 

 

Le cycle des tiques

 

Þ    Les Larves se fixent sur les petits rongeurs

 

Þ    Les Nymphes se fixent sur les petits mammifères

 

Þ    Les tiques femelles se fixent sur les cervidés, sur les ovidés, les canidés

 

Þ    Les tiques sont les vecteurs de la borréliose. L’homme est un hôtel accidentel. Les grands mammifères sont les réservoirs. Les oiseaux ont un rôle propagateur.

 

Clinique et  physiopathologie

 

La maladie de Lyme est une grande imitatrice de multiples pathologies.

Ce polymorphisme de la maladie entraîne un grand flou pour la médecine face à certaines formes cliniques.

Il existe de nombreuses localisations des borrelies sur tous les tissus et les organes.

 

Les borrélioses européennes :

 

Þ    Borrelia Afzelii

Þ    Borrelia Garinii

Þ    Borrelia Spielmanii

Þ    Borrelia  Burgodreri

Þ    Borrelia Bavariensis

Þ    Borrelia recurrentis

Þ    Borrelia dutooni

Þ    Borrelia Hermssi

Þ    Borrelia Lusitaneie

Þ    Borrelia Valaisiana

Þ    Borrelia Bissetti

 

95 % des borrelies en Amérique correspondent à Borrelia. De ce fait le diagnostic est très compliqué en Europe dû à la diversité de souches.

L’infection par cette bactérie peut provoquer des fibromyalgies, de multiples érythèmes annulaires migrants (dissémination cutanée) ou bien des complications du type polyarthrite.

La bactérie déteste l’oxygène et la chaleur. Elle possède 853 gènes qui lui confèrent des propriétés exceptionnelles, telles qu’une adaptation à des animaux à sang froid et à sang chaud, elle est dotée d’une mobilité exceptionnelle et traverse tous les tissus, toutes les parois dont les vaisseaux par translation, rotation. Ce sont des bactéries très mobiles et plus rapides que les macrophages.

Ces bactéries se localisent dans les tissus profonds permettant d’échapper aux antibiotiques et aux anticorps.

Elles fabriquent des protéines identiques aux tissus environnants, provoquant un « camouflage » les rendant invisibles au système immunitaire.

Lorsque les conditions sont défavorables, la bactérie s’enkyste profondément et survit des semaines voire des années sous cette forme dormante et ressurgira lorsque l’environnement deviendra à nouveau favorable.

 

Les plasmides de résistance permettent de transmettre les gènes de résistance aux antibiotiques à d’autres borrelies.

 

Dans l’organisme les spirochètes peuvent se trouver sous la forme mobile, se déplacer à grande vitesse et peuvent se diviser en deux.

 

 

Ils possèdent la faculté d’évitement et peuvent se trouver sous les formes suivantes :

 

Þ         Kyste

Þ         Spore

Þ         Corps sphériques

Þ         Sphéroplastes

Þ         Biofilm

 

Les bactéries peuvent se cacher dans les tissus de l’hôte ce qui entraîne l’absence de stratégie de défense humorale de l’hôte, aucun AG n’est présent avec les lymphocytes.

Comprendre ceci est essentiel pour expliquer la difficulté du diagnostic sérologique.

 

Tests de Diagnostic :

 

1-Méthode quantitative Elisa:

 

Le principe du test ELISA est d’évaluer la quantité d’anticorps dans le sérum du patient, l’intensité du signal de fluorescence est proportionnel à la quantité d’anticorps présents dans le sérum.

Les tests qui utilisent des méthodes anciennes, utilisent un seul antigène. Par exemple la souche américaine des borrélias ou bien de borrélia afzelii ou une autre variété mais les 15 variétés européennes ne sont pas testées. Tout ceci donnera comme résultat un grand nombre de tests « faux négatifs » surtout au stade précoce de la maladie ou bien une fois devenue chronique.

 

Dans le cas où le patient a déjà été traité par des antibiotiques ou bien s’il a reçu des corticoïdes, souvent les antigènes utilisés ne correspondent pas aux anticorps du patient. Les anticorps produits par l’organisme sont trop faibles pour être détectés.

 

Il peut y avoir des « faux positifs » exceptionnellement si le patient a une infection à syphilis, leptospirose, h. Pylori, Epstein Barr, CMV herpès CRP…

 

D’après le consensus applicable en France, la démarche pour le diagnostic sérologique en France comprend une première entente de recherche d’anticorps spécifiques par une technique de dépistage Elisa et en cas de résultat négatif et en accord avec la nomenclature de biologie médicale, il n’y a pas lieu de la confirmer en cas de résultat douteux.

Si le résultat du test Elisa est positif, celui-ci doit être confirmé obligatoirement par un test Western Blot (d’après le consensus actuel).

 

 

2- La Méthode Western Blot :

 

Les tests font appel à des antigènes natifs : AG issus de la culture d’une seule souche de borrélia.

Cette souche est unique et traitée par lyse pour l’extraction des protéines immunogènes. Si le résultat est supérieur à quatre bandes de réaction Ag-ac en IgM ou igG.

 

Remarque : Ag natif produit par extraction des différentes protéines immunogènes à partir d’un lysat bactérien pour dénaturer les gènes avec perte de spécificité des antigènes face aux AC correspondants et possibilité de réaction croisée ou non réaction.

 

3- Le Western Blot avec recombinants (derniers tests) :

 

Les Ag sont produits par génie génétique, programmés pour synthétiser en grande quantité des copies strictement identiques au modèle initial, c’est à dire l’exacte reproduction en trois dimensions des séquences d’acides aminés (environ 250) constituant les protéines bactériennes les plus immunogènes.

 

Un résultat « Equivoque » ne veut pas dire « négatif », parfois certains cas « équivoques » ont été trouvés positifs par la suite par les laboratoires allemands.

Les tests sont destinés à détecter les souches :

 

1- Burgdorferi : atteintes articulaires et cardiaques

2- Afzelli : peau, muqueuse et articulations

3- Garinnii : atteintes neurologiques

 

Un résultat positif en IgM uniquement indique une infection récente ou infection réactivée ou persistante, active et évolutive

Un résultat positif en IgG uniquement indique une infection chronique ou une cicatrice sérologique.

Un résultat positif en IgM et en IgG : chronique et persistante, évolutive, réinfestation sur infection ancienne.

 

Le Dr Schaller nous a montré l’exemple d’un résultat fortement positif (un chasseur) mais sans symptomatologie ainsi que l’exemple d’une femme très malade qui présentait tous les symptômes de la maladie de Lyme mais avec un test négatif.

 Dr Richard HOROWITZ (Etats-Unis)

Les tests de détection pour la babésiose ne sont pas fiables. La babésia est difficile à détecter.

Aux Etats-Unis il y a un problème aussi au niveau des tests. Le Dr Horowitz utilise le laboratoire Igenex car leurs tests sont plus sensibles.

L’antibiothérapie doit être adaptée au patient et aux coïnfections qu’il présente.

 

Les injections de bicillin en intramusculaire s’avèrent très efficaces.

Pour les formes kystiques, il utilise le flagyl mais chez 70% des patients le flagyl provoque une augmentation des neuropathies.

Il existe également le LDN, c’est un immunomodulateur qui est souvent administré avec des antioxydants et avec le glutathione aussi, très efficace (par voie orale ou par voie intraveineuse).

 

Il a observé chez ses patients un manque de magnésium, c’est essentiel pour détoxifier.

Beaucoup de ses patients présentent également une babésiose qu’il traite avec du mepron, avec quinine ou azithromycine. Parmi leurs symptômes, frissons, sueurs nocturnes, fièvre, etc… Il existe 300 souches de babésia dans le monde, ce qui implique que certaines souches ne sont pas détectées par les tests de diagnostic actuels, il faut donc se baser sur un diagnostic clinique.

Certains de ses patients ont des problèmes de mémoire sévère, il s’agit dans la plupart des cas, d’une bartonellose (très difficile à détecter aussi), le traitement conseillé, c’est la doxycycline et minocycline.

 

Dr Louis TEUILIERES  (France):

 

Si malgré les traitements il y a des rechutes, il faut doncprendre en compte les virus, tels que le herpès, hiv, hépatite chronique, à cause des macrophages inactivés, réaliser un dosage de nagalase pour vérifier aussi l’efficacité du GcMaf. Le Dr Teulières a actuellement une trentaine de patients sous GcMaf et avec des doses hebdomadaires il a eu quelques améliorations.

 

 

                   Dr Lionel CHAPY (biologiste, France) :

 

Les tests NK CD 56 et CD 57 bien que utiles, ce sont  des examens non specifiques.

Le test des natural killers peut permettre de voir l’évolution de la maladie mais il reste encore beaucoup de questions auxquelles il faut répondre car par exemple certains patients ont des profils NK normaux même s’ils sont atteints de borréliose chronique.

Des études concernant ces tests sont en cours à l’hôpital de Clermont-Ferrand. Pour toutes questions concernant ces tests, veuillez-vous adresser au Dr Chapy à l’adresse : Lionelchapy@chapy.fr 

 

Intervention de Bernard CHRISTOPHE

 

Le Dr Christophe est pharmacien spécialisé en phytothérapie. Il s’est toujours intéressé aux produits naturels.

 

Il conseille de lire l’ouvrage de Sylvie Simon concernant l’intoxication à l’aspartame, qui produit des symptômes similaires à la maladie de Lyme.

Il a découvert les travaux réalisés en Italie sur les mycotoxines, des molécules très stables et très toxiques pour le foie. Dans son approche thérapeutique, il considère aussi l’évacuation de toxines.

 

Son intérêt pour la maladie de Lyme commence lorsqu’un médecin américain lui a parlé de cette maladie et lui demande de concevoir un produit pouvant agir contre les tiques mais aussi qui puisse être utilisé pour traiter les patients, un produit naturel.

Une fois le produit développé, il commence par le tester sur les animaux avec succès.

Puis un médecin lui demande de traiter son chien qui était condamné d’après le vétérinaire. Le chien est traité avec son produit et il s’est rétabli, puis le produit est testé sur d’autres chiens, toujours avec succès.

Ce produit s’est répandu parmi les vétérinaires pour traiter les chevaux également.

Par la suite son produit a été testé par quelques médecins sur certains de leurs patients. Le produit qui est un mélange des huiles essentielles a marché dans beaucoup de patients parfois provoquant des réactions de Jarisch-Herxheimer mais toujours avec des améliorations.

 

Cela fait 18 ans qu’il travaille sur les borrelies, leur mobilité extrême, leur capacité d’adaptation sur le sang chaud et froid…

 

Ces bactéries ont un génome important qui leur permettent de fabriquer des protéines de surface voisines des tissus où elles se trouvent et créent un camouflage idéal. Elles ont également une capacité d’enkystement à l’intérieur des cellules, sous une coque protéique inattaquable.

 

Elles possèdent également une capacité de transmission d’informations entre elles grâce aux 21 plasmides.

 

C’est ainsi que les borrélies disposent de plusieurs moyens pour s’échapper du système immunitaire et pour fabriquer des résistances lorsque les conditions deviennent défavorables par exemple lors d’une exposition momentanée aux antibiotiques.

 

 

 

 

Les propriétés recherchées des huiles essentielles selon les principes actifs présents :

 

Þ    Antibactérienne

Þ    Anti virucide

Þ    Anti-inflammatoire et anti histaminique

Þ    Antalgique et anesthésique

 

Si la sérologie est négative mais la clinique correspond à une borréliose, le Dr Christophe essaie un mélange des huiles essentielles et au bout d’un mois de traitement il conseille de refaire une sérologie et souvent elle devient positive (il attend que ceci soit confirmé par la science). Pour lui, le test ELISA n’a pas beaucoup d’intérêt car trop de faux négatifs.

 

Les huiles essentielles sont utilisées en infectiologie pour traiter le paludisme, la mononucléose parmi d’autres maladies.

 

 

Les Facteurs de terrain :

 

En Allemagne, les médecins travaillent beaucoup sur l’acidose, les patients mesurent leur niveau d’acidité, plus on est acide, plus nous avons des chances d’être piqué par les tiques.

 

Le soutien du foie est très important aussi car souvent avec la maladie de lyme on trouve des calculs biliaires sur les canaux biliaires.

 

Le traitement par fréquences, est une technique inventée en Russie, et développée par Hilda Clark aux Etats-Unis et actuellement de plus en plus pratiquée en Allemagne.

 

Parmi les traitements alternatifs, on trouve également le samento, l’argent colloïdal, extrait fluide de Cadère, la pratique du sauna et l’activité physique.

 

En Allemagne on parle de transmission sexuelle de la maladie, et même par l’alimentation (les borrelies ont été trouvées sur la viande pas cuite et certains produits laitiers), on parle aussi de la transmission mère enfant.

 

Pour faire un test pour savoir s’il y a une intoxication aux métaux lourds, il recommande le laboratoire Microtrace en Allemagne.

 

Le Dr Christophe se demande pourquoi la partie adverse reste toujours sceptique après toutes les études qui ont été publiées concernant la persistance de ces infections.

 

La borrélia possède un génome qui lui permet de constituer une enveloppe externe de protéines voisines à celles des tissus où elles se trouvent, de cette manière elles ne sont donc pas reconnues par les lymphocytes, pas de production d’anticorps donc  les tests de sérologie sont à la limite du négatif.

 

 

Origine de la controverse scientifique

 

La thèse de l’IDSA est indéfendable mais ils ont les moyens pour l’imposer, selon leur théorie si le test Elisa est négatif, la forme chronique n’existe pas et trois semaines d’antibiotiques suffisent. Mais la réalité montre le contraire. Les tests ne sont pas fiables et les patients qui sont traités avec une thérapie de longue durée réussissent à améliorer leur état.

 

Copyright

Tout le contenu de ce site est protégé par copyright © 2009-2013. Toute utilisation non autorisée ainsi que toute reproduction de ce matériel sans l'autorisation expresse et écrite de l'auteur de ce blog est interdite, sauf indication contraire. Des extraits et des liens peuvent bien entendu être utilisées, à condition que le crédit intégrale soit donné à "ce blog avec une redirection appropriée sur l'article en question.

Partager cet article

Repost 0
Published by Maladie de Lyme France - dans Lyme scientific articles
commenter cet article

commentaires

Michel Lapointe 24/09/2015 17:43

Bonjour, je suis pharmacien au Québec depuis 23 ans et j'aurais vraiment apprécié entrer en contact avec le Dr Christophe que je trouve particulièrement intéressant et pertinent dans ses popos. Son discours détonne de ce que nous entendons ici au Canada de la part de la communauté médicale et pharmaceutique et soulève chez-moi beaucoup d'intérêt et de passion. Savez-vous comment il me serait possible de communiquer avec lui? Merci à l'avance.
Michel Lapointe pharmacien

Présentation

  • : Maladie de Lyme chronique ou neuro borréliose
  • Maladie de Lyme chronique ou neuro borréliose
  • : Copyright Tout le contenu de ce site est protégé par copyright © 2009-2013. Toute utilisation non autorisée ainsi que toute reproduction de ce matériel sans l'autorisation expresse et écrite de l'auteur de ce blog est interdite, sauf indication contraire. Des extraits et des liens peuvent bien entendu être utilisées, à condition que le crédit intégrale soit donné à "ce blog avec une redirection appropriée sur l'article en question.
  • Contact

Profil

  • Maladie de Lyme chronique
  • Ce blog a été crée dans le but de partager des informations sur la maladie de Lyme. Après une errance médical de dix ans, de faux diagnostics de fibromyalgie et de syndrome de fatigue chronique, je découvre enfin la vraie cause de mes symptôme
  • Ce blog a été crée dans le but de partager des informations sur la maladie de Lyme. Après une errance médical de dix ans, de faux diagnostics de fibromyalgie et de syndrome de fatigue chronique, je découvre enfin la vraie cause de mes symptôme

Recherche

Pages

Liens